Page d'accueil

  Recherche multi-critères
  Classement par rubrique
  Inscription / Adhésion
  Notre Sélection

  Obtenir un devis
  Foire Aux Questions
  Lettre d'informations
 

Témoignages
  Galerie d'images
  Salons

  Formations

  Produits & procédés
  Bibliothèques

  Qui sommes nous ?
  Revue de presse
  Liens

Demande d'info

BREVES
ON N'Y CROIT PAS !

>> Séquences Bois met les petits ouvrages à l'honneur.
Séquences Bois, revue d'architecture contemporaine éditée par le CNDB, consacre son dernier numéro aux petites constructions d'accompagnement, pour lesquelles le bois constitue un matériau de prédilection. Un ouvrage qui surprendra par la diversité des petits ouvrages. Lire l'article complet (Batiactu.com)

>> Les ampoules longue durée.
D'aprés un test réalisé par le magazine "Que choisir" en avril 2002, les ampoules longue durée (dites aussi "fluocompactes", "à basse consommation", ou "à économie d'énergie") représentent une rentabilité immédiate et de sérieuses économies pour des performances comparables aux ampoules classiques.
En effet, les résultats des tests montrent que les fluocompactes de 9 W, par exemple, éclairent aussi bien qu'une ampoule classique de 40 W. Aujourd'hui, d'aprés une étude de l'ADEME, 1/3 des ménages sont équipés. Pour une longévité d'environ 4000 heures, les fluocompactes divisent par 5 la facture d'éclairage : "pour 1000 heures de fonctionnement, la facture d'électricité atteint 11,43 € (75 F) avec une lampe à incandescence, contre 1,76 à 2,31 € (11,50 à 15,15 F) pour les fluocompactes".

Cependant, il éxiste quelques contre-indications : au niveau de son utilisation, elles sont conçues pour une alimentation constante, évitez donc d'allumer et couper trop souvent. De plus, elles contiennent des poudres luminescentes et un gaz à base de vapeur de mercure. Tant que la lampe reste en l'état, le mercure est piégé. Hors d'usage, elles figurent parmi les déchets dangereux qui réclament une élimination toute particulière.
Source : magazine "Que choisir"

>> Intégrer l'environnement dans la construction.
L'Association Française DE Normalisation (AFNOR) a organisé le 18 juin 2002 un séminaire sur l'environnement dans la construction. Adressé aux prescripteurs, il a fait le point sur la norme expérimentale relative aux caractéristiques environnementales des produits de construction et à leur cadre d'exploitation.
Face aux interrogations des architectes, maîtres d'oeuvre et d'ouvrage sur le bâtiment durable et la Haute Qualité Environnementale, AFNOR vient de définir une norme expérimentale en deux parties : XP 01-010-1 "Méthologie et modèle type de déclaration environnementale" et XP 01-010-2 "Cadre d'exploitation des caractéristiques environnementales pour application à un ouvrage donné". Le séminaire a tenté de familiariser ce public avec la norme et son utilisation. info.formation@afnor.fr
Source : Batiactu.com

>> La grande peur des antennes de téléphonie mobiles
Les opérateurs de téléphonie mobile, qui ont dû implanter quelque 30 000 antennes-relais en dix ans à côté des 65 000 antennes préexistantes (antennes FM, AM, TV...), payent aujourd'hui le prix d'une certaine négligence. L'irruption des antennes a fait peur. Dans ce contexte, les initiatives locales sont importantes pour apaiser le débat. La ville de Lyon a ainsi décidé de signer avec les trois opérateurs de téléphonie mobile une charte qui respecte le principe de précaution, celui de transparence et de concertation avec les riverains. Ce partenariat, une première en France, permet à la ville d'inscrire le développement de la téléphonie mobile " dans le cadre de la protection de la santé, de la préservation du paysage urbain et du maintien de la qualité du service des télécommunications ". Une telle charte devrait voir le jour dans d'autres municipalités, dont Paris. Cette coopération se révèle inévitable.
Stéphanie HASENDAHL (Le Quotidien du Médecin)

>> Téléphones portables : le risque écologique
Leur petite taille est une véritable incitation à les jeter avec les ordures ménagères. Pourtant, ce geste est un acte dangereux, car les portables sont de véritables mines de métaux lourds (plomb, arsenic, cadmium...) aux forts pouvoirs polluants. Pis, quand ils sont détruits par incinération, ils dégagent des gaz toxiques, comme la dioxine... En clair des substances généralement génératrices de cancers et de troubles neurologiques, qui se développe plus facilement chez les enfants.
Un état de fait que condamne l'association écologique américaine Inform. Soupçonnés d'être nocifs pour la santé humaine en Europe (rayonnement...), les téléphones portables se dévoilent comme une véritable menace pour l'environnement outre-Atlantique. L'étude révèle qu'annuellement plus de 130 millions de téléphones mobiles seront mis aux "ordures" d'ici 2005 pour ce seul pays. Un mouvement qui n'est pas prêt de s'arrêter si on considère que chaque année, la mise sur le marché de nouveaux modèles plus fonctionnels, plus petits... rendent obsolètes les anciens. Après une durée de vie de 18 mois. Aux États-Unis, en 2005, les 500 millions de portables mis au rebut généreront 65 000 tonnes de déchets hautement toxiques. Un risque qui semble plus mesuré en Europe et en Asie, certains constructeurs ont globalisé le cycle de vie d'un portable de la conception à sa destruction en les "pensant" intégralement recyclables...
Que Choisir (06/02)


LES GRANDS TITRES DU MOIS

>> Energies renouvelables : objectifs européens "difficiles à tenir"...

L'Union européenne aura du mal à "tenir ses objectifs" de développement des énergies renouvelables si elle ne modère pas sa consommation d'énergie, indique une étude du bureau d'études spécialisé EurObservER.

L'UE s'est fixée pour objectif de doubler à 12% en 2010 la part des énergies renouvelables dans sa consommation totale d'énergie par rapport à 1997. Mais elle fait du sur place car si la consommation de renouvelables comme l'éolien et le solaire progresse, celle d'énergies classiques comme le pétrole augmente tout autant.
(...) L'éolien a fait des bonds spectaculaires. La puissance totale installée a progressé de 35,7% en un an chez les Quinze à 17.548 mégawatts (MW) en 2001. C'est l'Allemagne qui mène la danse avec une progression de 43,7% à 8.750 MW en 2001, suivie de l'Espagne (+ 49,8% à 3.660 MW). La progression est encore plus spectaculaire pour le photovoltaïque (électricité tirée du soleil), + 43,6% en un an chez les Quinze, même si la puissance installée est encore faible (183,5 MW au total en 2000). Là encore c'est l'Allemagne qui arrive en tête avec 62% du total (113,8 MW) et une progression de 64% par rapport à 1999. Les pays plus ensoleillés font beaucoup moins bien (Italie 19 MW en 2000, France, 11,3 MW, Espagne 11 MW) ou sont presque inexistants dans la filière (Portugal 1 MW, Grèce 0,9 MW).
Les perspectives sont relativement favorables pour le solaire thermique (production de chauffage et d'eau chaude). Les objectifs fixés pour 2010 à la petite hydraulique (petits barrages hydroélectriques), au biogaz (production de gaz et éventuellement d'électricité à partir des déchets) et au bois énergie (production de chaleur à partir du bois et des déchets de bois) ne devraient pas être respectés.

Source : Agir Pour l'Environnement

>> La ville de demain ... aujourd'hui

Kronsberg, à Hanovre (Allemagne) est un quartier de 6000 habitants dans une ville industrialisée du Nord de l'Europe où l'on ne consommerait en chauffage et en eau chaude que 55 kWh/(m²a) alors que la moyenne est de 100 kWh/(m²a) pour les immeubles construits en 2000 et de plus de 220 kWh/(m²a) pour les autres, vous y croyez ? Et cela ne coûterait pas plus cher ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce pari a été remporté dans le quartier de Kronsberg à Hanovre. Et ce n'est pas tout, ajoutez à cela des économies d'eau, des transports efficaces, une utilisation massive des énergies renouvelables, de la cogénération, vous comprendrez alors qu'il s'agit de la ville de demain mais qu'il est possible de la construire dès aujourd'hui à des coûts économiquement viables.

Source : Projet Sibart (renseignements : balcaraz@energie-cites.org)

>> En Mayenne, des agriculteurs et des ruraux installent des chauffe-eau solaires après avoir refusé que leur canton stocke des déchets nucléaires

Refuser chez soi les déchets nucléaires tout en continuant à consommer une électricité à 80 % d'origine nucléaire pose un problème de cohérence : c'est accepter cette électricité pour peu que les déchets soient stockés chez les autres !
C'est pourquoi, la Fédération départementale des Civam de la Mayenne a cherché des alternatives. Dans un premier temps, elle a proposé aux agriculteurs de réaliser un bilan énergétique des exploitations agricoles .(…) Très vite la solution des capteurs solaires s'est imposée. Les participants ont décidé de constituer un groupement d'achat pour des chauffe-eau solaires.
Une négociation avec l'Ademe a débouché sur une convention pour installer des chauffe-eau solaires chez des professionnels : la première du genre en France ! Elle concerne 28 exploitations agricoles, quatre autres ruraux et un urbain.
L'accord prévoit que l'Ademe, avec un appoint de la région Pays-de-la-Loire, prenne en charge près de la moitié de l'installation, dont le coût s'élève à 400 €/m2 de capteur (une installation représente 4 m² à 6 m²).(…) Un groupe de 30 nouvelles familles est en train de se constituer pour un nouvel achat groupé à l'automne.
On estime que l'installation économise environ 300 € par an sur la facture d'électricité. La TVA de 19,6 % pour les équipement professionnels est récupérable. Dans les conditions actuelles, 1'amortissernent pourra être réalisé entre 7 et 10 ans.

Contacts : FDCivam de la Mayenne Tél : 02 43 49 10 02. Site web de l'Ademe: www.ademe.fr (cliquer sur Energies renouvelables) .

>> PLAN SOLEIL 2002-2006

Lancé par l'ADEME en 2000, le PLAN SOLEIL est un programme national dont l'ambition est de promouvoir la production de chaleur et d'eau chaude solaire à usage individuel et collectif.

Soutenir les énergies renouvelables est l'une des priorités de l'ADEME.

Le PLAN SOLEIL s'inscrit dans cette priorité. À l'horizon 2006, l'objectif est d'installer 90 000 chauffe-eau solaires individuels en cumul sur la période 1999-2006 et d'atteindre un rythme annuel de 30 000 unités (2006).
L'acquisition d'un chauffe-eau solaire participe aussi d'un geste citoyen pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
(…) Les aides proposées par PLAN SOLEIL sont suffisamment significatives pour encourager l'équipement individuel : près de 3 700 foyers se sont déjà équipés depuis 2000. Actuellement 1 500 installateurs QUALISOL (adhérents à la Charte de l'ADEME) couvrent l'ensemble des régions françaises.
Dès 2003, la campagne nationale sera élargie aux systèmes solaires combinés (systèmes assurant une double fonction de chauffage de l'habitat et de production d'eau chaude sanitaire ECS).
Un numéro vert est disponible sur l'ensemble de la France métropolitaine (N° 0 800 310 311).
Sous 48 heures, l'appelant reçoit des documents d'informations pratiques et techniques sur PLAN SOLEIL, la liste des installateurs QUALISOL de sa région et celle des matériels éligibles pour la prime ADEME ainsi que la liste des fabricants de matériels.

Renseignements : http://www.ademe.fr

>> Eoliennes, bientôt une charte finistérienne

Si vous avez un million d'euros devant vous, n'hésitez pas. Investissez dans une éolienne.
Le placement est juteux : 30 % de rentabilité par an. Ce qui explique la multiplication des projets dans le Finistère où une charte va bientôt édicter des règles et probablement freiner des démarches un peu aventureuses. Quand des banques américaines s'intéressent à l'énergie éolienne en France, c'est qu'il y a sûrement un bon retour d'investissement.
Plus personne n'en doute, du reste, depuis la directive européenne, approuvée par tous les états de l'Union, visant à une diversification forcée dans les énergies renouvelables. La France ayant, dans ce domaine, beaucoup de retard par rapport à ses voisins, elle fait figure d'Eldorado éolien avec à la clef, des tarifs très attractifs pour les producteurs. A cette réserve près que l'ampleur des investissements limite singulièrement l'accès des particuliers à ce marché porteur.

Permis pour 61 éoliennes : le Finistère, pour des raisons évidentes, est l'un des secteurs de prédilection de cette nouvelle activité industrielle. Si tous les projets actuels se réalisaient, ce ne sont pas moins de 600 éoliennes que l'on verrait pousser dans le département. A l'heure actuelle, les permis délivrés représentent un parc de 61 éoliennes, en activité ou non. Sept autres demandes sont en cours d'instruction, pour un total de 26 éoliennes, dont deux ont déjà été refusées.

René PEREZ (Le Télégramme de Brest 24/04/2002)

>> Amiante : la facture coûtera très cher !
Selon Denis Kessler, président de la fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), l'amiante risque de toucher 100.000 à 200.000 personnes en France dans les vingt prochaines années. Il en coûtera entre 8 à 10 milliards d'euros à la collectivité.
Source : Batiactu.com

>> Un béton aux propriétés nouvelles
L'US Army Corps of Engineers semble particulièrement séduit par un béton avec des propriétés de conduction électrique développé par les chercheurs en génie civil du National Research Council du Canada. Lire l'article complet .
Lire l'article complet (Batiactu.com)

>> Un cadeau de 4 millions d'euros.
Un homme d'affaires allemand a proposé au Conseil général du Var de financer la déviation d'une route ainsi qu'un pont - pour un montant de quatre millions d'euros - afin d'éviter que son luxueux complexe hôtelier construit près de Fayence, dans le Haut-Varne soit traversé par une route départementale.
Source : Batiactu.com

>> Entre riches ?
Nous recevons de l'INSTN (Institut national des sciences et techniques nucléaires, faculté d'Orsay) un faire part nous invitant à participer à une formation professionnelle de 4 jours, en octobre, nommée "Session Cooper 2002" et traitant de LA PROBLEMATIQUE DE L'ELECTRIFICATION RURALE EN ZONES ISOLEES. Extraits du texte : "(…) La production autonome d'énergie devient une nécessité pour l'électrification des sites non raccordés au réseau. (…) Le développement des énergies renouvelables et de la maîtrise de l'énergie s'affirme comme une priorité incontournable, notamment dans les pays en développement".

Intéressant.
On y va… Eh bien non : ça coûte 2 400 euros (16 000 F). Qui va payer une telle somme ? Des administrations, des institutions, des multinationales. Vous et nous ? certainement pas. Yaurait-il une France à deux vitesses, une d'en haut et une d'en bas en matière de formation aux énergies renouvelables ?

>> Isover part à la conquête de nouveaux marchés...
En lançant sur le marché européen un isolant végétal en laine de chanvre, le leader mondial de l'isolation entend prendre position sur tous les marchés émergents. L'industriel s'intéresse même sérieusement à celui des isolants réfléchissants.
Lire l'article complet (Batiactu.com)

De la Chanvrière du Belon : Nous sommes très fiers de pouvoir vous affirmer que la Chanvrière du Belon n'est en aucun cas impliquée dans les manœuvres capitalistiques d'Isover ou autres requins. Notre métier est le chanvre BIOLOGIQUE en vente directe........................ Amitiés.

 

 

 

VOITURE DE REVE


>> La voiture à air comprimé MDI
Cette petite bombe technologique risque de faire trembler quelques lobby des magnats du pétrole. Il est certain que le constructeur risque d'avoir du fil à « retordre » avec la concurrence avant de se faire une place honorable.
C'est une voiture légère, high-tech et confortable, la MDI se décline en quatre version au prix moyen de : 70 000 Frs TTC - 10700 €.
Voici ces caractéristiques techniques :
- Cylindrée : 1197 cm3
- Puissance maxi ch-CEE (kW-CEE) à 3500 tr/mn : 25 (18,3)
- Couple maxi Kgm-CEE (Nm-CEE) à 1500 >2500 tr/mn 6,3 (61,7)
- Alimentation : injecteur d'air électronique
- Quantité d'huile et vidange : 0,8 litre tous les 50 000 kms avec une huile type alimentaire (pas de recyclage à envisager).
- Monovolume 5 places (6 pour le modèle Familial)
- Carrosserie en résine sur trame de chanvre
- Roues motrices arrières, moteur à l'arrière.
- Boîte : variation continue.
- Direction à crémaillère. Rayon de braquage > 5 mètres
- Suspension AV : triangle superposés, ressort/amortisseur
- Suspension AR : Ressort/amortisseur roues indépendantes à bras longitudinal tiré.
- Frein AV & AR à disques
- Réservoirs de 300 litres à 300 bars : Liner Fiberglass + enroulement filamentaire en fibre de carbone.
- Dimensions : long 3,84 m-- larg. 1,72 m-- haut 1,75 m
- Poids à vide : 700 kg
- Charge utile : 500 kg
- Climatisation intégrée
- Commande électrique numérique
- Ordinateur de bord
- Compresseur de remplissage des réserves embarquées entraîné par un moteur électrique de 5,5 kW.
- Système de récupération d'énergie thermique ambiante.
- Système de récupération d'énergie de décélération et de freinage
Renseignements : QuotidienAuto.com

SALONS & MANIFESTATIONS / STAGES & FORMATIONS DU MOIS

>> 7 juillet 2002 (9h - 19h) Foire Eco-Biologique
Lieu : Nyons - Place de la Libération (26 - Drôme)
Renseignements : CEDER - Tél : 04 75 26 22 53 - ceder@wanadoo.fr
Thème : Energies renouvelables, agriculture biologique, habitat sain et respect de l'environnement. 130 exposants, conférences, ateliers...

>> 28 juillet 2002 (10h - 20h) 9ème Fête des Plantes et des Savoirs Populaires
Lieu : Saint Julien du Serre dans le village (07 - Ardèche)
Renseignements : Association "Savoirs de Terroirs" - PORTE Frédéric, chargé de l'animation au 04 75 37 65 37 - Savoirs.de.terroirs@wanadoo.fr
Thème : Découverte des plantes sauvages et/ou cultivées pour le respect de l'environnement et la biodiversité. 100 exposants (pépiniéristes, artisanat, associations, alimentaire), conférences, animations, initiation aux techniques traditionnelles.

Les "Maisons Paysannes de France" proposent un stage de formation aux techniques de limousinerie, enduits chaux et plâtre, couverture tuiles plates.
Date et lieu : du 1 au 19 juillet 2002 sur les communes du Moulin de Bandeville, à Saint-Cyr-sous-Dourban (Essonne)
Contenu : acquisition de connaissances et application sur chantier concernant la limousinerie (montage des murs en moellons de calcaire, hourdés au mortier de chaux), les enduits au mortier de chaux et les badigeons, les enduits au plâtre gros et le décor au plâtre coloré, la couverture en tuile plate de terre cuite petit moule, avec façon de ruellées, solins, crêtes et embarrures au mortier de chaux.
Renseignements : http://www.maisons-paysannes.org/

"AKTERRE" - Construction et matériaux en terre, propose un stage pour les matériaux prêts à l'emploi à Cantercel (5 et 6 juillet 2002).
Renseignements : AKTERRE (Construction et matériaux en terre) - Tél : 04 76 07 42 05 - E-mail : info@akterre.com

Pour en savoir plus sur les stages, formations, salons et manifestations, rendez-vous chez CR3E.COM.

 

- CREEE ® -
Pégase-Périgord - Froidefon - 24450 Saint Pierre-de-Frugie
Tél. 05 53 52 59 50 - Fax. 05 53 55 29 99 - Email. creee@wanadoo.fr